Témoignage de Valérie, bénéficiaire d'un handi'chien

                                                                 

En novembre 2015, Valérie adressait une lettre de motivation jointe à son dossier de demande d’un handi’chiens 

En voici un extrait :
"J'ai franchi en famille les portes ouvertes à St-Brandan. (...) Jusqu'à la Porte Ouverte, je n'avais pas compris combien [le quotidien] était compliqué pour [ma famille]. Arrivée super sympa, super accueil et la sensation d'être enfin à ma place. (...) Lors de la Porte Ouverte, il y a eu la démonstration et des gens formidables ont répondu à mes questions muettes. J'ai découvert grâce à [une bénéficiaire et son chien] que mon fils ne dormait que très peu la nuit depuis trois ans au moins. En effet, quand D. a fait aboyer C. sur commande, M. m'a dit qu'on avait besoin d'un handi'chien pour m’aider au quotidien et prévenir aussi la nuit ou autre... Il m'a avoué m'écouter la nuit, si je tente de me lever... et j'ai été abasourdie de voir combien c'était égoïste de ne pas vous solliciter. Pour les démonstrations avec la récupération du téléphone, des lunettes, mes enfants m'ont dit qu'ils étaient tous les deux mes handi'humains."
 
Valérie avait demandé un handi’chien pour l’aide technique, mais également, nous le saurons plus tard, pour aider à son intégration au travail.
Ses collègues la faisaient se sentir différente, et ce sentiment d’exclusion, d’isolement était évidemment très pénible pour elle.
 

En Septembre 2016, deux mois après l’arrivée de Jedï dans la vie de Valérie, mais aussi au travail, Valérie donne de ses nouvelles à l’équipe Handi’Chiens Bretagne :

« L'intégration se passe au mieux : le chevalier Jedï a conquis tous les cœurs, même ceux de pierre ou de métal. Du coup, il a un côté presque « mascotte » ! (…). Il a vraiment réussi sa mission de médiation sociale.
Au bureau il est sage comme une image et se plaît beaucoup. Il fait le mirador et filtre les entrées et sorties du bureau l'œil avisé, genre physionomiste... mais ne bouge pas sa tête et continue de roupiller par intermittence en lâchant des gros soupirs pour signifier aux intrus qu'ils l'ont réveillé.
Il est extraordinaire ce chien, on s'est adapté l'un à l'autre à une telle vitesse, je n'en reviens toujours pas... (…) Il me guette toujours et le moindre son du fauteuil le fait intéragir... »
 

Mission réussie pour le chevalier Jedï !

 

Pour en savoir plus sur notre action HandiGan 2018 et notre soutien à Handi'Chiens, cliquez ici