Vie Entière : protéger ses proches et préparer sa succession

Que sont les contrats dits "Vie Entière" ?

On assure souvent mieux ses biens que sa famille, notamment parce que l’assurance de son habitation ou de son automobile est obligatoire.

 

En revanche, même si une majorité de Français juge important, voire indispensable de s’assurer pour protéger sa famille en cas de décès prématuré, ils sont très peu à avoir souscrit un contrat dans cet objectif.


 

Alors, comment assurer la sécurité financière de vos proches en cas de décès ?

 

L’assurance dite « Vie entière » apporte une réponse adaptée à cette question.

 

Bien comprendre l’assurance Vie entière

  • Gan Prévoyance s'engage à verser un capital au(x) bénéficiaire(s) désigné(s) quelle que soit la date du décès de l’Assuré(e).

  • Contrairement à un contrat d’épargne, le contrat d'assurance vie entière est souscrit en vue de transmettre un patrimoine à un ou plusieurs bénéficiaires dans une optique de prévoyance.

 

Avec la Vie Entière où le montant souscrit est immédiatement garanti en cas d’accident et au bout d’un an en cas de maladie, après acceptation médicale de l’assureur le cas échéant selon les montants souscrits.

C’est la grande différence avec un contrat d’épargne où les capitaux décès n’excèderont jamais le montant capitalisé que le souscripteur aura réussi à épargner. De plus, les contrats d’épargne sont bloqués durant la succession.

  • Vous choisissez le rythme de vos règlements.

    • Vous versez une prime unique à la souscription.

    • Vous versez des cotisations pendant une période déterminée (cotisations temporaires).

    • Vous versez des cotisations la vie durant (cotisations viagères).

 

Pourquoi souscrire une telle assurance ?

 

Les motivations de souscription dépendent bien évidemment de votre situation familiale et patrimoniale ainsi que de vos objectifs, comme par exemple le financement des études de vos enfants, le versement d'un capital à vos proches susceptibles d'être dans le besoin suite à votre disparition ou le financement des droits de succession de vos héritiers.

  • Protection du conjoint et des enfants par le versement d’un capital important en cas de décès, non détenu à cette date. L’Assuré(e) pourra disposer de la valeur de rachat de son contrat pour son propre usage Iorsque les bénéficiaires n'auront plus besoin de ce « filet de secours ».
  • Protection du conjoint disposant de revenus moins importants.
  • Rééquilibrage de l’héritage des enfants d’un premier mariage.
  • Protection des enfants d’un(e) assuré(e) âgé(e). Certains contrats proposent la souscription d’un capital « dégressif » sur les premières années de souscription : le montant versé en cas de décès de l’assuré(e) sera progressivement réduit et adapté ainsi à l’allègement du budget consacré au financement des études des enfants, suite à leur entrée dans la vie active.
  • Protection du conjoint plus jeune que l’assuré(e).
  • Paiement des droits de succession sans avoir à entamer le patrimoine, lorsque celui-ci est très étoffé mais peu liquide.
 

Aujourd’hui en effet, la transmission du patrimoine au conjoint peut se faire en franchise d'impôt, les époux et partenaires pacsés étant exonérés de droits de succession.

 

Les enfants, eux, bénéficient d'un abattement s'élevant à 100 000 €. Au-delà, ils doivent acquitter l'impôt dont le taux varie (de 5 % à 45 %) en fonction du montant de l'héritage. Ainsi, à titre d'exemple, un enfant héritant de 200 000 € d'un de ses parents paiera 18 194 € de droits de succession (taxation de 20 %) ; 78 194 € si ses parents lui ont légué 500 000 € et 212 962 € si l'héritage atteint 1 000 000 €. Plus les montants hérités sont importants, plus le différentiel à payer sera élevé : un enfant héritant de 3 000 000 € devra ainsi acquitter 1 067 394 € d’impôt. *
 
Pour obtenir un conseil personnalisé, l’élément majeur est de faire un bilan prévoyance, seul outil permettant de définir le niveau de protection patrimoniale nécessaire en cas de décès ou d’invalidité.
 
Prenez rendez-vous en ligne. Votre Conseiller Gan Prévoyance, expert et disponible, se déplace à votre convenance pour réaliser avec vous un bilan social personnalisé, gratuit et sans engagement.
 

Ou, contactez-nous au 09.69.32.35.05 (choix n°4) du lundi au vendredi de 8h30 à 18h (appel non surtaxé).
 
 
Et découvrez nos solutions épargneobsèques ou succession !
 
* Informations données à titre indicatif, sans caractère contractuel.

 

Nos conseils Succession et Obsèque

Actualités Obsèques

Frais d’obsèques : qui paie et combien ?

Frais d’obsèques : qui paie et combien ?

Les frais d’obsèques peuvent être prélevés sur l’actif successoral, c’est-à-dire sur les comptes bancaires du défunt, à hauteur de 5 000€ maximum.
Si ces comptes ne sont pas suffisants pour payer l’intégralité des frais d’obsèques, les héritiers doivent participer. 

L'assurance vie entière

Décryptage - L'assurance vie entière par notre Expert de l'assurance Prévoyance

Historiquement, le client se dirige vers l’assurance vie « classique » lorsqu’il souhaite se constituer une épargne et vers l’assurance temporaire décès lorsqu’il cherche à protéger sa famille en cas de décès. L’assurance vie entière a été confondue par le passé avec les contrats dits mixtes qui offraient une garantie en cas de vie et

Que sont les contrats dits

Que sont les contrats dits "Vie Entière" ?

Les assurances dites « Vie Entière » ont pour objectif d'assurer la sécurité financière de vos proches en cas de décès prématuré.